Scholem, Gershom

Scholem, Gershom

 

Gershom Scholem

Gershom Scholem (1897-1982) est un des plus grands noms de la pensée juive contemporaine. Son œuvre d'historien et de philosophie, consacrée à la Kabbale et à la mystique juive, a été traduite en de nombreuses langues et lui a valu une réputation mondiale. L'œuvre de Scholem comprend plus de quarante ouvrages et sept cents articles. Son œuvre immense a fait entrer l'étude de la kabbale dans le champ académique des sciences humaines. Gershom Scholem naît dans une famille juive de Silésie assimilée à la culture allemande. En révolte contre eux, il redécouvre ses racines juives et le sionisme pendant son adolescence. Il apprend l'hébreu et étudie le Talmud sous la direction d'un rabbin orthodoxe. Il étudie aussi les mathématiques et la philosophie. Dès 1915, il est fasciné par la kabbale, qu'il place au centre de la continuité de l'histoire juive. En 1918, il décide de se consacrer définitivement aux études juives et passe en 1922 sa thèse à Munich sur le Séfer ha-Bahir (texte de la kabbale provençale). Il arrive à Jérusalem en 1923, et il devient responsable de la section juive et hébraïque de la bibliothèque de la future Université hébraïque de Jérusalem. En 1925, il est chargé d'enseignement sur la mystique juive, puis en 1933, il est élu professeur, poste qu'il occupera jusqu'en 1965. Il fut aussi une figure de l'histoire de l'État d'Israël, en prenant position sur tous les sujets touchant le pays — toujours attentif à ce que le sionisme ne sombre ni dans le nationalisme, ni dans le populisme. En 1933, il est élu professeur, chaire qu'il occupera jusqu'en 1965. Par la suite, il devient aussi membre de l'Académie israélienne des sciences et lettres à partir de 1960 puis président de cette académie de 1968 à sa mort. Il est enterré aux côtés de son épouse au cimetière de Sanhédriah à Jérusalem.

Il a légué une très importante bibliothèque consacrée à la kabbale à l'Université hébraïque.

Son œuvre immense a fait entrer l'étude de la kabbale dans le champ académique des sciences humaines. « Par son étude exhaustive de l'histoire de la mystique juive, du IIe au XVIIIe siècle, Scholem nous a donné accès à un univers intellectuel dont presque personne ne connaissait l'existence » (David Biale). Mais il fut aussi une figure de l'histoire de l'État d'Israël, en prenant position sur tous les sujets touchant le pays. Il fut toujours attentif à ce que le sionisme ne sombre ni dans le nationalisme, ni dans le populisme, et préserva entre le rationalisme et l'orthodoxie un judaïsme de la liberté ouvert vers l'utopie.

Sous l'influence de Moshe Idel, Charles Mopsik et Eric Smilevitch prétendent qu'il laisse trop supposer que « la Cabale... est une émergence d'origine étrangère apparue au sein du judaïsme », tandis qu'Yoram Hazony conteste sa façon d'admettre « l'idée que le mouvement hassidique du milieu des années 1700 visait par nature à « neutraliser » le potentiel messianique […] par la suppression du sens réel concret de termes comme « Égypte », « Pays d'Israël », « exil » et « rédemption » qui « furent transformés en slogans allégoriques » ». Ces critiques partisanes restent toutefois mineures au regard d'une œuvre dont on ne mesure pas encore la portée, au-delà même de ce qu'elle étudie en apparence (la cabale).

Il décéda à Jérusalem le 21 février 1982.

 

Bibliographie :

L'œuvre de Gershom Scholem comprend plus de quarante volumes et sept cents articles. Parmi les plus importants, on peut citer :

Les Grands Courants de la mystique juive (traduction Marie-Madeleine Davy), Payot, 1950, réédité en 1960 et plusieurs fois par la suite.

La Kabbale et sa symbolique (traduction Jean Boesse), Payot, 1966, réédité dans la Petite Bibliothèque Payot, 1968, nouvelle édition, 2003.

Le Nom de Dieu et la théorie kabbalistique du langage (trad. Thomas Piel), Paris, Allia, 2018, 128 p.

Les Origines de la Kabbale (traduction Jean Lœwenson), Aubier Montaigne, 1966.

Fidélité et utopie. Essai sur le judaïsme contemporain, Calmann-Lévy, 1978.

Kabbalistes chrétiens, Albin Michel, 1979.

Le Zohar : le livre de la splendeur - extraits choisis et présentés par Gershom Scholem, Éditions du Seuil, 1980.

Walter Benjamin, Histoire d'une amitié, Ed. Calmann-Lévy, 1981.

Du frankisme au jacobinisme : la vie de Moses Dobruška, alias Franz Thomas von Schönfeld, alias Junius Frey, Gallimard, le Seuil, 1981, rééd. Hades 2018.

Le Nom et les symboles de Dieu dans la mystique juive, Éditions du Cerf, 1983.

De Berlin à Jérusalem : souvenirs de jeunesse (traduction Sabine Bollack), Éditions Albin Michel, 1984.

La Mystique juive. Les thèmes fondamentaux (traduction Maurice R. Hayoun), Éditions du Cerf, 1985.

De la création du monde jusqu'à Varsovie, les Éditions du Cerf, 1990.
Le Messianisme juif : essais sur la spiritualité du judaïsme, Presses pocket, 1992.

Correspondance Walter Benjamin, Theodor W. Adorno, Aubier Montaigne, 1992.

Walter Benjamin et son ange, Rivages, 1995.

Aux origines religieuses du judaïsme laïque. De la mystique aux Lumières, textes réunis et présentés par Maurice Kriegel, Calmann-Lévy, 2000.

La Kabbale : Une introduction. Origines, thèmes et biographies, Éditions du Cerf, 1998, réédité au format "poche", Gallimard, coll. « Folio Essais », 2003.

Cabale et philosophie : correspondance 1933-1973, Gershom Scholem, Leo Strauss, Éditions de l'Éclat, 2006.

Considérations sur l'histoire des débuts de la cabale chrétienne in Pic de la Mirandole et la cabale de Chaïm Wirszubski, traduction Jean-Marc Mandosio, Paris-Tel Aviv, Éditions de l'éclat, 2007.

Sabbataï Tsevi. Le messie mystique 1626-1676, Verdier-poche, 2008.

Sur Jonas, la lamentation et le judaïsme, traduction Marc de Launay, Éditions Hermann.

Le Prix d'Israël. Écrits politiques 1917-1974, Paris-Tel Aviv, Éditions de l'éclat, 2003.

Théologie et utopie. Correspondance avec Walter Benjamin, 1933-1940, Paris, Éditions de l'éclat, 2011.

Dix propositions anhistoriques sur la cabale, suivi des commentaires de David Biale, Paris, Éditions de l'éclat, 2012.

La cabale du Livre de l'image et d'Abraham Aboulafia, préface de Saverio Campanini, Paris, Éditions de l'éclat, 2019.


Affichage par page
Trier par

Du frankisme au jacobinisme

16,00
En stock
Expédition sous 4 à 5 jours
Poids du colis: 270 g